L'origine de la vigne

Origine de la vigne

Selon de nombreux spécialiste, la vigne telle que nous la connaissons aurait ses origines en Asie Mineure puisque les habitants de cette régions auraient été les premiers amateurs de vin bien que l’on ne connaisse pas précisément l’endroit et les circonstances de la naissance de cette boisson.

A la lecture de la Bible, on peut remarquer que le vin y est souvent mentionné.

La vigne fait partie de la famille des ampélicadées, elle s’est développée très rapidement après son apparition en Asie Mineure grâce à l’intervention de l’homme. On la retrouve en Egypte plus de 2 000 ans avant J.C., puis les Égyptiens apprennent sa culture aux grecs qui à leur tour l’enseignent aux romains qui transmettent leur savoir aux gaulois. Selon la mythologie grecque, ce ne seraient pas les Égyptiens qui leurs auraient enseigner la culture de la vigne, mais le dieu du vin Dionysos.

Lorsque vous dégustez un vin, prenez votre temps.
Prenez le temps de bien observer le vin, de le sentir, et de le goûter.
Lors de l’étape essentielle qui consiste à mettre le vin en bouche (phase d’analyse gustative) après l’avoir observé et senti, je vous recommande de suivre une petite méthode simple et efficace. Elle vous permettra de détecter au mieux tout ce que la bouche du vin peut vous révéler.
La langue est l’organe clé de l’analyse gustative du vin : c’est elle qui vous donnera les informations principales sur la personnalité du vin dégusté.
Dès que le vin entre en bouche, vous commencez à percevoir des sensations plus ou moins intenses, plus ou moins agréables.

Succédant à l’amphore, le tonneau de bois, de différents formats, a été pendant 2000 ans le contenant presque exclusif du vin, servant à la vinification, au stockage, au transport et à la vente du vin

Succédant à l’amphore, le tonneau de bois, de différents formats, a été pendant 2000 ans le contenant presque exclusif du vin, servant à la vinification, au stockage, au transport et à la vente du vin. L’importance du volume de vin autrefois transporté dans des tonneaux est attestée par le fait qu’on mesure encore la capacité d’un navire en "tonneaux". Au XXème siècle, d’autres matières sont apparues, comme le béton, la fibre de verre ou l’inox, mais l’usage du tonneau (barrique ou foudre) s’est maintenu à la fois pour la vinification (cas de certains vins blancs) et pour l’élevage de certains vins. Le tonneau n’est pas qu’un contenant de stockage, car il influe aussi directement sur les arômes et la structure des vins.

Un récipient en bois laisse passer un peu d’air, essentiellement par le trou de bonde qui permet son remplissage. Cela provoque une oxydation très lente et limitée du vin, assouplissant ses tanins (dans le cas des vins rouges), complexifiant ses arômes et, parfois, renforçant sa couleur. L’usage de fûts neufs induit aussi souvent l’apparition d’arômes spécifiques, dits boisés, et apporte parfois un peu de tanins. La taille et l’âge du contenant sont déterminants dans le degré de ces interactions. Le bois favorise aussi la clarification et la stabilisation naturelles des vins. Elever un vin en barrique est coûteux et nécessite plus de soins et de manipulations que d‘autres types de contenants. On les réserve donc généralement à des vins d’une certaine valeur.


Barils de vin